Posts for Tag : dieu

Einstein, lettre à Eric Gutkind, Janvier 1954 (traduction en fin d’article)

… I read a great deal in the last days of your book, and thank you very much for sending it to me. What especially struck me about it was this. With regard to the factual attitude to life and to the human community we have a great deal in common.

… The word God is for me nothing more than the expression and product of human weaknesses, the Bible a collection of honourable, but still primitive legends which are nevertheless pretty childish. No interpretation no matter how subtle can (for me) change this. These subtilised interpretations are highly manifold according to their nature and have almost nothing to do with the original text. For me the Jewish religion like all other religions is an incarnation of the most childish superstitions. And the Jewish people to whom I gladly belong and with whose mentality I have a deep affinity have no different quality for me than all other people. As far as my experience goes, they are also no better than other human groups, although they are protected from the worst cancers by a lack of power. Otherwise I cannot see anything ‘chosen’ about them. Read more

Le coiffeur de Troumarec…

Vous voyez cette petite auberge si mal famée ? Non, pas sur le port. Vers le fond, presque hors du village. Voilà !

C’était une fin d’après-midi qui tirait vers la bruine et la pénombre ; l’auberge était à moitié pleine ou, peut-être, presque vide. Ça sentait le hareng — ça sentait toujours le hareng, allez savoir pourquoi — et la vieille cigarette ; le patron était avachi sur son comptoir et la plupart des clients avaient le nez dans leur bolée. Et le vieux Robert, assis sur une table, qui grattait une guitare en chantonnant ; ce qu’il faisait depuis vingt ans au moins, en s’essayant, disait-il, au folklore.

Robert leva la voix et réclama à qui voudrait bien lui payer une bolée. Le grand Gil lui répondit : « Raconte-nous une de tes histoires et si tu nous amuses tu l’auras, sûre, ta bolée ! » et Robert de vite enchaîner sur cette promesse. Read more

Des Dieux et des Humains…

Il n’existait pas de tradition de saints hommes sur le Causse, mais comme les collines se situaient entre les villes et les montagnes, il y défilait souvent – par beau temps, du moins – une procession de prêtres d’une confession ou d’une autre qui, en échange d’un bon sur le repas ou d’un lit pour la nuit, diffusaient la bonne parole et donnaient aux âmes locales un sérieux coup de brosse à récurer. Dès lors que les prêtres appartenaient à un ordre correct, personne ne se souciait outre mesure de savoir qui était leur dieu tant qu’il – ou parfois « elle », voire « ça » – laissait le soleil et la lune tourner normalement, et qu’il/elle/ça n’exigeait rien de ridicule ni de nouveau. Ça facilitait aussi les rapports quand le prêtre s’y connaissait un peu en moutons.

dans Je m’habillerai de nuit Terry Pratchett 2010

Ce que veulent les dieux…

Si nous le bâtissons, viendras-tu ? songea-t-il. Mais le dieu espéré n’était jamais venu. C’était triste quoique, sur le plan céleste, un peu ridicule. Oui, n’est-ce pas ? Moite avait entendu dire qu’il existait peut-être des millions de petits dieux à circuler dans le monde, à vivre sous des rochers, à rouler comme des amarantes poussées par le vent, à s’accrocher aux branches les plus hautes des arbres… Ils attendaient le grand moment, le coup de chance qui pourrait se concrétiser par un temple, des prêtres et des fidèles bien à soi. Mais ils n’étaient pas venus ici, et on comprenait aisément pourquoi.
Les dieux voulaient de la croyance, pas de la pensée rationnelle.
Commencer par bâtir le temple, c’était comme donner une superbe paire de chaussures à un cul-de-jatte. Bâtir un temple ne signifiait pas qu’on croyait aux dieux, seulement qu’on croyait à l’architecture.

dans Annales du Disque-Monde – 32 – Monnayé – Pratchett,Terry

Vivre comme des…

« — Quoi ? Se prélasser à longueur de journée pendant que des esclaves font tout le boulot ? Tu peux me croire, chaque fois que tu vois une bande de connards se balader en discutant de la vérité, de la beauté et du meilleur moyen d’attaquer Éthique, tu peux parier tes sandales, c’est parce que des dizaines d’autres pauvres connards font tout le boulot dans le coin pendant que ces types-là vivent comme…
— … des dieux ? » termina Frangin.
Un silence horrible s’ensuivit.
« J’allais dire “des rois”, fit Om d’un ton de reproche. »

dans Les Annales du Disque-Monde-13 Les Petits Dieux de Terry Pratchett