À la mémoire de notre civilisation…

Dans un million d’années, il ne restera guère de traces de notre passage sur Terre…
La plus tenace de ces traces sera probablement la couche de plastique dont nous avons recouvert le globe. Extraire le pétrole, le transformer en polymères à longue durée de vie et les éparpiller à la surface de la Terre laisse une empreinte qui a des chances d’être plus durable que toutes les autres.
Le plastique sera désagrégé en microparticules et enfoui, et il est possible que des bactéries apprennent à le digérer ; mais, selon toute probabilité, dans un million d’années, une couche incongrue d’hydrocarbures transformés – les restes de nos flacons de shampooing et de sacs plastique – fera office de monument à la mémoire de notre civilisation.

Munroe,Randall;Flammarion;Et si… – …Les réponses les plus scientifiques aux questions;2014

Comments are closed.