Le prestidigitateur et le poisson rouge.

La prestidigitation n’a rien de magique, tout y repose sur l’agilité des mains et la grande rapidité des doigts.

Un prestidigitateur faisait un numéro qui arrachait des cris d’horreur incrédules à ses spectateurs. Passant la main derrière lui, il extrayait d’un bocal un poisson rouge et, le tenant par la queue, il le présentait face à son public ; le pauvre petit poisson s’agitait follement mais ne pouvait s’échapper.

Soudain, le prestidigitateur levait le poisson rouge au-dessus de son visage et le laissait tomber dans sa bouche grande ouverte, d’où les cris d’horreur de la foule. La queue rouge dépassait des lèvres de son bourreau et s’agitait de soubresauts, puis disparaissait peu à peu dans la bouche.

Il n’y avait là rien de cruel car, avant son spectacle, il avait découpé un morceau de carotte et lui avait donné la silhouette du poisson rouge ; tout en distrayant son public, il rejetait le poisson rouge dans son bocal et prenait dans son autre main le poisson de carotte. Ses gestes étant très rapides, les spectateurs ne voyaient pas la substitution et maudissaient le méchant homme qui avait avalé un poisson rouge vivant.

Puis, levant son visage vers le plafond, le prestidigitateur plongeait sa main dans sa gorge, tirait très fort et en retirait un chat. Frappant dans le dos du chat, il en éjectait le poisson rouge. Saisissant le poisson rouge, il l’agitait si fort que la pauvre bête en recrachait le morceau de carotte.

Et alors… le bocal avalait le bout de carotte, lequel avalait le poisson rouge, lequel avalait le chat, lequel avalait le prestidigitateur, lequel avalait le public. C’est clair, non ?

(Avec la collaboration de Tao.)

Comments are closed.